Make your own free website on Tripod.com

Planet earth and its forests- Notre terre et ses forêts

A short (and abeit incomplete) comment on economics-Un court commentaire (incomplet) sur l'économie

Home
Rock-hound--Chercheur de cailloux
Rock-hound--Chercheur de cailloux
Underground urban travel-Voyager sous terre en ville
C'est l'hiver !
Une histoire de ski !
Street wise
A quoi on peut s'attendre avec le WEB
D'autres questions de l'heure
What the WEB has to offer...
What to do this winter...
The quest for energy
A short (and abeit incomplete) comment on economics-Un court commentaire (incomplet) sur l'économie
Mon opinion sur une grosse question de l'heure.
The fast food space cadet

Once it comes down to what this world is all about one of the first (if not the first) thing on people's mind is what their money can purchase which considering the fact that money in itself has a trusted but symbolic value leads us to grasp that the dollar bills you and I hold must be representative of something more tangible namely what you and I produce which is best exchanged using a trusted means of exchange namely the dollar bills you and I hold. Considering such a reality and given the understanding that a notion of productivity gives tangible value to capital, we are lead to understand that the material wealth you and I produce not only gives tangible value to the dollar bills we hold but helps determine our expectations with regards to what we can purchase which also leads us to understand that lower production costs which technological innovations make possible leads towards greater disposeable wealth since the price of goods is cheaper while also being more easily produced thus facilitating their availaibility.



In acknowledging that there are inherent costs associated with the production of any good , it is reasonable to assume that eliminating such costs leads to less expensive products which are as a result more affordeable to a greater segment of the population thus theoretically improving their state of material wealth. On the other hand disposeable income has to be sufficient for a larger segment of the population to afford any good which also implies that insufficient wages creats the same results as high production costs. This leads to the understanding that disposeable income has to be sufficient creat material wealth which in leading towards the production of goods will improve tyeh state of material wealth of consumers and producers in the sense that greater demand leads towards the imperative to assure adequate supply which implies not only the implementation of production infrastructure to assure supply but the search for innovations to reduce production costs which leads towards greater supply for any given total production cost thus not only improving the state of material wealth of consumers and producers whose goods can target a greater segment of the population but also leads towards lesser hidden social costs including the costs of non productive labor ...



With due consideration for the imperative there is to assure sufficient economic integration which benefits a greater percentage of the population which consequentially become more immune to unforeseen supply fluctuations it becomes apparent that the ultimate of seeking full autonomy from dependence on foreign suppliers the economy becomes more fully independent of unforeseen supply fluctuation which is beneficial if the actual cost savings to consider are tangible knowing that foreign suppliers may have definite advantage with lower production costs that make the benefits for the consumer apparent if social costs aren't adversely affected .



Once discussing the issue of social costs it is apparent that with due consideration for improvements in productivity improving the state of material wealth of individuals such individuals can realistically expect a living standard which reflects such productivity which also includes intangibles in the form of all essential services creating a definite improvement in the living standard of those reaping the benefits often being essential to make the economy function efficiently an example being public transport which assures that everyone gets there on time and at the lowest cost personally and socially (despite teh taxes! )once considering such hidden costs such as the very real consequences of traffic jams ,pollution (including noise pollution) environmental degradation and the cost of infrastructure renewal , lost productivity without mention of the additional stress there is once driving.



To get back to basics ;Despite the fact that the money in your pockets gives you a certain mileage in your quest for survival ,it is clear that once looking at the issue in depth the understanding is that despite the obvious once it comes down to describing what is actually represented in terms of a concrete representation of the value of work, the money that makes our own lives advance past the point of stagnation is a representation of productivity in acknowledging that if it weren't for such productivity our purchasing power would not be as high



Although, once it comes down to look at the question in greater detail, we all understand that despite the reality of individuals that reap large incomes without on the surface accomplishing much, ultimately someone somewhere has to work for the material wealth money provides since the material wealth associated with it wouldn't be as tangible if someone somewhere didn't provide the effort to make the goods and services money provides possible. Knowing this anyone is tempted to think that maximizing output at minimal cost and effort assures that everyone else gets a bargain as well . Thus the ongoing quest since the dawn of the industrial age to assure that everyone gets their fair share of the action which should theoretically benefit everyone else in theor quest for a better bargain . Knowing this in acknowledging that improvements in productivity also encouraged the work force to more legitimately seek their fair share of the action, gradually the state of material wealth and standard of living of the average citizen improved which the quest for greater consumer choice which a competitive business environment encouraged and technological improvements further facilitated helping catalyzed innovation which otherwise would have lagged being deemed as non essential.



The point to remember is that consumer satisfaction is what formally drives the minds of those out to have their money’s worth since they wouldn't be making any money if the scheme wouldn't give anything worthwhile in return . Thus the understanding is that the consumer has the final say about who wins or loses..that is if there is a sufficient crowd of merchants to make the shopping worthwhile... The government for its part assures a certain sense of fair play while also assuring that everyone has a fighting chance to make it on the scene since irrespective of what side you formally are on everyone has to make the effort to stay afloat and welcomes all the help they can get to do so.



Furthermore in this modern day and age the notion of personal wealth has come to encompass more than the essentialities the minimally accomplished can claim as their own namely a place to call their home and the means to get there . But once we think of it a little more closely, despite the reality of office automation to make it beyond the starting point it is apparent that once considering what this modern world entitles those which believe in its virtues, the quest for greater leisure time has to be included which to be honest is best enjoyed with the personal wealth to make such free time enjoyable . Thus despite the reality of part time jobs undertaken by those which just aren't up to full time employment it is apparent that if the income is just sufficient to make ends meet then the time off is time best enjoyed doing other things than going to the cottage or taking a hike towards less urban pastures to get some peace of mind . As a result irrespective of the quest for less hours there is the imperative to stay afloat trying to hitch a ride on the gravy train if nothing else matters. Let me explain ; while the majority of people will commit themselves to greater personal effort and work more hours to get a better piece of the action , it is also clear that other alternatives are favored by a more savy minority seeking a better future taking the risks and reaping the rewards if they did bet on a winning horse . While such an approach may seem unorthodox, the reality of investment minded individuals which can count on the wizardry of state of the art financial services makes it possible to sit down and have the experts work for you while you reap the rewards without you ever having to suffer the hassles there are of coming to grips with risk....



Despite the reality of investment instruments which are also the source of additional wealth for a minority of individuals it is apparent that such instruments serve the concrete role of assuring further economic development with the goal of assuring the consumer demand is met. But it is also apparent that the liberalisation of trade has also fulfilled that role assuring the availability of goods at the lowest cost by further liberalising competition on the international scene.



Although once it comes down to describe what the 21st century is all about irrespective of the imperative to stay productive considering what there is to legitimately expect from the aftermath of the cold war, it is apparent that apart from the benefits to legitimately expect with emerging economies which can benefit from economic liberalisation, the fact remains that with due consideration for the very fragile state of economies in third world nations, any trend towards market liberalisation does not always advantage those who often reap very little of the material wealth produced since as is to observe such market liberalisation tends to be export oriented and thus serves trading neighbours without having any noticeable effect in opening up internal markets and consumer demand . As a consequence such market driven economies have not produced the expected material benefits within the population with an actual flight of material wealth and capital to observe which in the long term leads to an actual impoverishment irrespective of improvements in productive capacity.



Irrespective of what is promoted once the issue of market driven economies is discussed , in reality despite the claim of democratisation of the social and economic infrastructure, the fact remains that in developing economies where the very few impose their will at the expense of the many, vocalising overt opposition to such a cast structure amounts to suicide . Thus the hesitation once trying to come to grips with lingering problems that demand attention. Despite such a fact , public awareness is keen on certain issues with the implicit understanding that the problem with regards to the equitable allocation of scarce resources has to be confronted otherwise than trying to convince the minority of priveledged that the social system that benefits their interests is not in the interests of the country namely the majority of the population.



While my understanding of the benefits of market liberalisation is deemed as being deficient, it is apparent that in nations with very limited material wealth all effort has to be directed towards assuring that not only internal demand is met but that the basic necessities are provided which the implementation of essential social infrastructure assures thus implying the imperative to oblige not only greater intervention in such areas as health care and education but also greater government control of the resource base which should best serve the population as opposed to serving trading neighbours with the surplus being available for export. Irrespective of the understanding to arrive at observing extremely impoverished populations whose productive output serves the interests of trading neighbours , it is also apparent that considering the reality of agrarian societies with much of the population subsisting from the land, the economic fundamentals to describe differ. Although it is apparent that there are certain structural problems to resolve considering the reality of a lack of tangible developments to improve the standard of living of host populations irrespective of improvements in GNP which actually benefits the priveledged without much in terms of tangible benefits for the population despite improvements in productivity which should lead towards tangible improvements in terms of the state of material wealth of individuals which despite the availablity of goods cannot further catalyse the sustainement of economic growth and output since the output is export driven without they themselves having the means to purchase .



Mind you , this initial view while somewhat poetic by its rhetoric does not adequately reflect reality in the sense that irrespective of the inital observations, the reality of a lack of economic integration has to be considered considering the reality of agrarian economies relying on barter for trade thus without any ready acces to capital with only the segment of the population dwelling within urban cores reaping the benefits of a certain limited purchasing power which often provides only for the most basic necessities. Although considering the reality of price structrures dramatically different than what is to observe in developed nations, anyone comes to the understanding that irrespective of lower GNP of which a small percentage is within the hands of the consumer base, the prices for many if not most products reflects purchasing capacity of a certain segment of the population in accordance to essentiality for such a segment.



In essence, while market economies definitely have major benefits for the consumer base in developed nations, it is not so apparent in developing nations mostly once taking into consideration the flight of capital, resources and material wealth which consequentially does not serve the interests of the population which cannot reap the benefits of economic development mostly when it becomes apparent that there is no incentive to creat a consumer base to sustain economic development which invariably leads towards impovrishment of the population which is not entitled to dispose of the material wealth produced. This in combination with excessive population growth leads towards inevitable problems once considering the quest for sustainability of development considering the continuing impovrishment of populations irrespective of major rises in GNP. In other words the banana republic syndrome with major corporations producing for export does not generate any tangible internal wealth acknlowledging that what is produced cannot be purchased locally since there most often is a lack of availablity in conjunction with insufficient purchasing capacity when there is availaibility. Furthermore any profits are used to finance activities elsewhere without any positive consequence for the host country despite the reality of taxation which should lead towards tangible benefits in terms of the development of essential social infrastructure irrespective of the perceived benefits there are once tackling the issue of bilateral trade with neighbours with much higher standards of living and associated production costs...



Despite the perceived drawbacks there are with free market economies in third world nations whose produce most often is oriented towards exports with insifficient consideration for host populations, it is apparent that the best approach remains a responsable one implying government intervention in areas deemed as essential thus assuring a certain parity in terms of resource allocation that is beneficial for internal growth of the consumer base. Going against such essential measures amounts to suicide considering the imperative to assure not only the modernisation of the social infrastructure but also an improvement in the standard of living by giving the population added purchasing capacity thus fueling internal growth and additional economic and social development as a result. Bearing this to mind it is apparent that the future lies not solely with bilateral trade but with the quest for greater autosufficiency which benefits everyone alike which is best implemented with small scale projects that don't risk going into the red...

Irrespective of the understanding that profitability best serves those reaping the tangible benefits with improvements in productivity being used as a means of assuring greater profitability, it is apparent that in order to assure a sense of equity that faithfully serves social interests the understanding is that properly adressing the social imperatives which are in the best interests of the population have to be taken into consideration namely assuring that internal consumer demand is prioritised such consumer demand being the basis of what builds individual material wealth which also helps fuel economic and social growth knowing that an improvement in the standard of living can only follow the implementation of measures assuring that individual needs are properly adressed irrespective of the reality of improvements in living standards in industrialised nations which in part first arose as a result of the imperative to assure the survival of populations in temperate climates being fully prioritised to give a sense of decency to the working class the source of the wealth of others... 

As for the use of the money so essential to make the course of the world turn, it is apparent that it can do miracles persuading people to adopt a a course of action which unfortunately isn't always in the best interests of those subjected to the consequences of it's action..who are forced to live in a society which functions in accordance to it's rules...

Thus ,with regards to the discussion of matters which directly affect an individual's living standard and state of material wealth , once asked what the economy is all about, many people reply the word money. Actually the functional purpose for our different economic systems is to assure at the lowest social and economic cost the production of goods and services. Despite the noble intentions of those whose purpose it is to describe the theoretical basis of a social machinery which has to appear functional for the benefit of all , in practice it is clear that things don't always work out the way they do in theory. Thus despite the belief in the good intentions of most people, it is apparent that there are still too many people that cannot afford what many take for granted. While it is apparent that nations without the productive capacity to mass produce goods at minimal unit cost will not in theory have the capacity to mass creat such goods relying on archaic production methods , it is also apparent that as the result of trade whose value is best determined by its material value giving a monetairy value to the produce, the exchanges of goods and produce will give the opportunity to purchase what is unavailable at home . Although it is also clear that the capacity to purchase from foreign markets depends not only on productive capacity but also on the capacity to be competitive internationally. Furthermore it is apparent that with such reliance on productive capacity to assure the availaibility of goods, the state of individual material wealth becomes conditional on such productive capacity which leads to the understanding that money in itself is worthless, it's value originating from productive capacity whose exchange value depends on a host of factors not only determining cost but also the ability and willingness consumers have to purchase what is either deemed as a necessity or a luxury the understanding being that greater value is attached to produce with marketability...

 

While the expectations are for greatest material wealth at the lowest cost, it is clear that in order to provide this wealth there are labor and material costs which have an immediate impact on the price of what is being produced irrespective of the actual social impact in the sense that while it is wiser to priveledge local production and employment further assuring recirculation of wealth for the benefit of the community and society, the emphasis being on the immediate personal benefits there are to imports which at minimal economic costs creat greater disposeable wealth irrespective of the drawbacks created with regards to productive capacity and employment. While the immediate benefits are apparent, the adverse consequences in terms of actual productive capacity, employment and personal disposeable wealth have to be considered . Although as has been observed as the result of the globalisation of trade, the trend has been towards greater development of the service sector which itself has experienced the greatest gain in employment. Furthermore the growth in developing economies resulting from the globalisation of trade has had positive consequences which go far beyond the targeted economies in the sense that the consequential social development most often has lead towards an improvement in living standards of the targeted economies without any noticeable decline in living standards with the trading partners.

 

To get back to more pressing issues; the current empahsis being what economic revitalisation implies , I'm of the opinion that apart from local consumer and infrastructure driven activity, it is apparent that once considering the wealth of opportunity presented on the international scene, the consideration for exports becomes the obvious solution despite the reality of informal protectionism in other industrialised countries with businesses and consumers tending to priveledge local interests. Although once considering the benefits of trade as opposed to infrastructure development with the goal of autosufficiency, an objective comparative analysis relies on the material wealth attainable priveledging certain measures as opposed to others. Thus while 3rd world nations relying on the export of foodstuffs and minerals may obtain a limited amount of foreign currency for imports , infrastructure development with the goal of autosufficiency becomes an attractive alternative to improve the state of material wealth of the inhabitants.

 

Once it comes down to trade, market penetration in a host of sectors giving higher valuation from clothing to electronics gives marked advantages to nations with lower production costs as the result of low wage rates without forgetting the cost of raw materials and the absence of tarrifs. In terms of dollar value,just slight market penetration in the most overlooked sector being foodstuffs with further consideration for the reality of high flowput leaving ample room for varying profit margins leads to the understanding that the localisation of sales in large urban centers in minimising distribution costs thus assures maximisation of market penetration at minimal cost in markets which typically are a faction of the trillions of dollars for metropolitain areas encompassing millions of people. Despite the obvious once it comes down to describing such markets , it is apparent that fringe higher luxury products in being of lower bulk and flowput typically can generate ample revenue at minimal cost one example being with speciality jams ... Although once describing developing nations with specific advantages such as becomes apparent for unit costs for necesssities which does not at all compare to what is obtaoinable in industrialised nation , it is apparent that irrespective of the hard currency obtained a morepressing imperative is the assurance of autosufficiency before priveledging exports...Furthermore once describing the respect of health standards, it is by no means certain that developing nations exercise the same amount of caution mostly once considering the reality of archaic production facilities lacking the inherent safeguards implemented in the modern facilities in the industrialised world.

 

I personally am of the opinion that once trying to capitalise on the trade potential between developing nations with obvious consideration for the capital value of a host of goods under consideration, foodstuffs must top the list as revenue generators despite the large losses typical to the field and despite the fact that once it comes down to trade more typical representations of exchangeable goods are considered such as what is typical with manufacturing whereby products from clothing to electronics spring to mind . Irrespective of such a reality, once describing trade it is apparent after closer investigation of the statistics that automobiles and to a lesser extent utility and recreational vehicules tops the lot in terms of capital value...

 

 With further consideration for the limited possibilities presented once a niche market is considered it is apparent that since a major percentage of trade is in the likes of a category of manufactured goods which is the object of much informal protectionism, it is clear that irrespective of all the talk of trade revitalisation between nations the typical approach centered upon global resource markets seems to best foot the bill of what en economy relying on exports such as ours in Canada is all about which also leaves us very vulnerable to cyclical variations of global demand. Irrespective of the reality of a nation best described for its wealth of mineral ressources, it is apparent that once comparing us to our more powerful neighbour with large trade deficits, the understanding is that an export driven economy such as ours despite all its apparent vulnerability just hasn't fully taken adbvantage of its internal consumer markets enough to fully benefit from the high consumer purchasing power leading to the understanding that in order to assure stable sustainable development the generation of wealth is best assured trading manufactured production on a more local basis with the hopes that people catch on and buy local instead of international.

 

But then despite the fact that such an attitude may have adverse consequences for the pocketbook, the undertsanding is that with the creation of employment and the greater generation of weath which follows, a self perpetuating trend may be initiated for the benefit of the consumer base and the job base which furthermore becomes more immune to international variations with demand...To be honest, with a north american economy (like others) which has experienced an ever greater percentage of the work force which is employed in the service sector, it is apparent that while the major isssue once discussing trade lies with manufactured production, capital goods and resources, the generation of economic activity in shifting towards a sector which wasn't as prevalent in the decades past leads us to the understanding that with the retailing of material and capital wealth (financial services being an example) and other services, the fact of providing the services to make such wealth more accessible in generating more economic activity than in the past has had positive economic and social repercussions of the like the proliferation of services and associated employment can account for which further fuels the more traditional sectors to support the consumerism which follows. O.K everyone is aware that in this credit driven economy, people without the means to pay the interest on the credit won't be tempted to purchase thus ultimately leading to recessionairy trends because of the lack of economic activity...Obviously high credit costs reflect prevalent inflation which need not arise as the result of insufficient productive capacity and higher direct production costs in the sense that despite ithe real threat that  energy costs represent, the total overall cost variations may be relatively nominal. Thus the obvious question arises once trying to come to grips with inflation since as is apparent for energy costs no immediate measures will reduce the inflationairy consequences. It naturally is understood as  a result that higher interest rates do not have the remedial effect expected. Look at it this way, if exhorbitant energy costs help fuels an inflationairy spiraml as the result of passing such costs to the consumer bringing up interest rates won't curb such costs, the most immediate effect actually being greater bankruptcies for business (they borrow short term for furnishings and other overhead costs) further reducing the business base which has the most apparent effect of further increasing prices. Although despite the reality of inflationairy trends which can't be curtailed with higher interest rates it is interesting to note that with energy technology comes to the rescue helping people get more bang for the buck !

 

Thus to get back to basics, once considering what wealth represents, a healthy nation is a nation which is autosufficient in the sense that there is no relying on imports to provide necessities . Thus the understanding is that productive capacity well tailored for local needs should be able to assure that the state of material wealth of the consumer base is maximised at minimal cost in the sense that apart from the maximisation of employment and tax revenue, there is no outflow of capital draining resources which to be honest is somewhat superlative considering the fact that what counts is productive capacity to meet the needs of the population without imposing excessive strain on human resources .

 

link to some off the board comments once discussing economics. Lien vers des commentaires hors tableau lors de discussions sur l'economie...

Un court commentaire sur l'économie

 

Puisque les questions d'ordre économique sont a l'ordre du jour, faut bien avouer que pour assurer sa propre survie dans ce monde moderne il faut être productif ce qui sous entends que toute personne représente une entité productive qui obtient en terme de salaire un certain pourcentage de ce qu'elle produit même si produire n'a pas toujours une signification bien tangible au niveau économique sachant que ceux offrant certains services essentiels ne produisent pas directement en terme de rendement économique l'exemple typique étant de ceux produisant des services de soutien essentiels pour faire aboutir le processus de production aux résultats plus tangibles .

Malgré tout ce qu'on peut croire quand il est question de décrire la richesse, il faut se rendre a l'évidence que la richesse matérielle a laquelle on fait référence ne peut être possible que suite au processus de production demandant par le fait même l'utilisation de ressources humaines et matérielles pour produire un résultat tangible .

La grande amélioration du niveau de vie observé depuis l'avènement de l'ère industrielle fait suite a l'implantation d'un processus de production en évolution constante demandant de moins en moins de ressources humaines tout en permettant un rendement accru a moindre coût. Cette productivité globale accru suite a une amélioration du processus de production le plus souvent accompli par l'introduction de technologies améliorant le rendement globale et donc individuel (mais initialement accompli suite a la division de tâches améliorant le rendement globale )permit non seulement d'augmenter la production pour un coût unitaire moindre mais permit aussi de donner un échelle salariale a l'image de cette productivité accru, ce qui laisse comprendre que les salaires furent en évolution en fonction de l'amélioration de la productivité globale et par conséquent individuelle.

Malgré une réalité économique basé sur la productivité donnant droit a un pouvoir d'achat a l'image de son rendement il est remarquable de noter que la société de consommation a outrepassé les impératifs strictement matériels et de première nécessité pour privilégier les considérations soi disant superflus notamment l'utilisation du temps libre et ce que cela comporte en terme d'activités de toute sortes . En terme du pourcentage de l'activité économique il est intéressant de noter que le divertissement est un secteur de l'économie toujours en pleine croissance . Quand aux autres secteurs d'activité , il est intéressant de noter que malgré la croyance que le pouvoir d'achat des consommateurs détermine l'activité économique (tel pour la constructions de maisons ) une bonne partie de cette activité découle du renouvellement des infrastructures, de l'industrie lourde qui malgré son rôle essentiel n'est pas toujours visible au niveau du marché de consommation et de l'appareillage gouvernementale a tous les niveaux qui par son fonctionnement génère une bonne partie du PNB incluant pour les travaux d'infrastructures.

L'implantation d'un infrastructures de services soit disant essentiels fait suite a l'impératif d'assurer non seulement la survie des ressources humaines mais aussi d'assurer que l'individu est dans un état de disponibilité permettant de maximiser son rendement économique. Ceci permet de mieux saisir la raison d'être de services tel le transport en commun assurant une disponibilité a peu de frais quasi immédiate pour la main d'oeuvre dans le noyau urbain permettant du fait même d'optimiser le rendement de cette main d'oeuvre . Les considérations d'ordre éthique quoi que formellement prédominants aujourd'hui ( expliquant le pourquoi du transport en commun entre centres urbains éloignés si très peu l'utilisent ...) ne furent pas les facteurs prédominants a l'époque si ce n'est ce qu'une rhétorique propagandiste peut soulever au nom des gens.

Quoi que l'infrastructure de services permet d'assurer que la population a accès a des services essentiels assurant la disponibilité de la main d'oeuvre de fait même assurant que des processus d'ordre économique et sociale peuvent aboutir, il faut se rendre a l'évidence qu'il y'a un coût qui bien souvent outrepasse les ressources individuelles des individus se prévalent du service en cause d'où l'impératif d'utiliser les ressources collectifs pour rendre le service abordable ce qui laisse comprendre la raison d'être de l'appareillage assurant la gestion des ressource qu'est le gouvernement d'imposer un fardeau fiscal formellement a l'image des services offerts qui normalement seraient hors de la portée des bourses de chacun. Par contre le paiement de la dette collective impose un poids sur le fardeau fiscale cette dette ne provenant pas toujours des services offerts au contribuables en ce sens que des événements majeurs tels les guerres imposent un fardeau sur la dette qui peut perdurer une éternité, le fardeau de la 2ieme guerre en étant l'exemple le plus représentatif et sous estimé dans des pays tels les États Unis d'où le besoin de payer sa dette rapidement au risque de la voir croître hors de portée...

Malgré tout , en considération du fait que la société moderne est une société de consommation avec une économie de marché aux consommateurs avertis, les conditions du marché prédominent ce qui laisse aussi comprendre qu'un consommateur averti avec un pouvoir d'achat crée ses priorités si ce n'est ce qu'un esprit d'initiative peut créer en terme d'articles de consommation courante et même essentiel qui étaient auparavant inexistant en créant l'offre sur le marché qui dois bien sur convaincre la demande de son utilité et dois par conséquent utiliser des subterfuges médiatiques sous forme de publicités pour persuader la population cible... Ainsi le carrosse tiré a cheval fut peu a peu place a l'automobile suite a une approvisionnement accru et a moindre coût d'un substitut aux nombreux avantages qui a pu convaincre les consommateurs en question de son utilité. Ceci permit a l'économie de faire preuve d'une meilleure croissance que serait le cas dans une économie dirigé et ceci par impératif de satisfaire la demande en toute sorte de choses des plus essentiels au plus farfelus que l'imagination pouvait crée ce qui de façon tangible redéfinissait la notion de liberté de choix et d'action suite au besoin d'innover pour survivre tant pour l'entreprise que pour le consommateur qui avec la liberté de choix peut non seulement chercher a maximiser son pouvoir d'achat dans l'immédiat mais peut aussi compter sur le crédit pour l'accroitre...

Par contre malgré la notion de rendement (qui dois aussi prendre en considération la notion de coût initiaux pour assurer un tel rendement tel les coûts liés a la formation assurant un rendement essentiel mais qui peut être un peu intangible au point de vue économique... ) il est évident que le pouvoir d'achat en étant un barème de la richesse et de croissance économiques est le facteur significatif a considérer lorsqu'il est question de définir le niveau de vie. Malgré la réalité du fait qu'une limite a la capacité de production impose certaines contraintes sur le pouvoir d'achat, avec la libéralisation économique il fût possible dans les pays soi disant riches d'accroître le pouvoir d'achat de la population sans accroître la productivité en utilisant la capacité de production des pays soi disant pauvres exportant le surplus de leur production vers les soi disant mieux nantis pour ainsi obtenir une meilleure redevance. Par conséquent les consommateurs du pays importateur peuvent jouir de rabais substantiels sur des produits de consommation de masse ce qui permet d'accroître le pouvoir d'achat du consommateur et par conséquent son niveau de richesse matérielle.

Au niveau des pays soi disant riches la conséquence la plus dramatique d'une telle pratique est au niveau de la compétitivité de secteurs visées implantés localement qui bien souvent doivent consolider leurs activités et moderniser pour rester compétitifs au risque de fermer définitivement de telles mesures ayant comme conséquence des pertes d'emplois. Au niveau des pays soi disant pauvres, le fait de développer une infrastructure de production pour exportation a des conséquences non seulement au niveau des retombés économiques immédiats (tel pour l'emploi et les revenus fiscaux ) mais aussi a comme conséquence d'assurer une implantation industrielle et manufacturière dont le surplus de production (et la liquidation des bien durables ''périmés'' ) peut effectivement servir pour combler les besoins locaux ce surplus se détaillant a moindre valeur que serait le cas autrement. En d'autres mots les revenus d'exportation subventionnent la consommation locale.

Malgré les bien fondés du raisonnement a caractère théorique, au niveau pratique les choses peuvent se gâter surtout lorsque l'échelle salariale ne reflète pas le niveau de productivité atteint en ce sens que la consommation intérieur ne peut contribuer a la croissance économique si les gens n'ont pas les moyens d'acheter. Les conséquences au niveau social peuvent être dramatiques , les pays riches étant jugés comme responsables de la situation surtout lorsque des articles de première nécessité sont hors de porté de bourse sachant que lorsqu'il est question de décrire le pouvoir d'achat pour les premières nécessités normalement ce pouvoir d'achat se compare quelque peu a ce qu'il est observé dans les pays riches pour les pays économiquement intégrés qui ont une infrastructure de production et de distribution suffisamment bien intégrés pour assurer un niveau d'échanges économiques suffisant pour combler les besoin de la population a grande échelle outrepassant l'isolation du microcosme local et par conséquent fermé des société sans infrastructures modernes au fonctionnement archaïque.

De plus dans certains pays en développement une croissance démographique effréné impose de sérieuses contraintes a des populations qui sont déjà dans un état de pauvreté extrême imposant du fait même de sérieuses contraintes aux infrastructures de soutien qui ne peuvent plus subvenir a la demande. Ceci en conjonction avec la réalité de systèmes économiques qui souffrent de lacunes au niveau des technologies de production alimentaire, d'un manque d'infrastructures de production et de distribution alimentaire dans un système économique qui est le plus souvent basé sur le troc (ce qui limite les échanges économiques )contribue au dépérissement des individus victimes non seulement d'attitudes aux conséquences dramatiques (tel privilégier la natalité pour s'assurer une certaine assistance familiale ne pouvant compter sur l'état ) mais aussi de programmes sociaux qui ne peuvent adéquatement résoudre les problèmes d'importance du moins en théorie sachant bien que des gens vivant en petites communautés dans des sociétés agraires traditionalistes sont réfractaires au changement refusant de devenir des entités productives pour satisfaire des exigences imposés par une élite académique qui applique des solutions contemporaines sans chercher par comprendre ce qui se passe dans l'esprit des gens.

Sachant bien que la réalité sociale du monde contemporain est basé sur l'individu et sa capacité a démontrer une certaine productivité qui dois servir les intérêts sociaux afin d'être jugé comme socialement acceptable, les systèmes économiques a l'image de cette croyance seront privilégiés malgré le fait qu'une bonne partie de l'humanité vit toujours des règles d'une économie de subsistance qui ne cadre pas toujours bien dans l'ordre d'une société moderne qui privilégie la productivité synonyme de richesse et de reconnaissance. Par conséquence un certain clivage au niveau des croyances peut subvenir qui prends ses origines dans les différences de conception de ce qui est convenable en terme de réalité sociale différenciant la croyance traditionaliste et ses valeurs de la croyance moderne privilégiant un esprit de productivité et d'initiative qui est perçu pour les traditionalistes comme a la source d'attitudes éloignant l'individu d'une certaine vérité traditionelle qui est perçu comme attachant plus d'importance aux valeurs humaines qui considère l'individu comme autre chose qu'une entité productive.

Malgré l'immoralité d'un matérialisme sans considération pour les conséquences au niveau économique, social et environnemental, il est évident que l'humanité est sorti de l'age de pierre et cherche par conséquent a s'assurer qu'un esprit d'innovation prédominera pour les siècles qui viendront qui sera a l'avantage de tous et non seulement d'une minorité tel que démontre l'esprit d'équité socialement véhiculé malgré la réalité de secteurs économiques guidés par un esprit de spéculation uniquement a l'avantage d'initiés (la spéculation immobilière étant un exemple aux conséquences des plus dramatiques sans compter les poussés inflationnistes qui en découle..)... En conséquence d'un esprit d'ouverture permettant de plus aisément identifier les problèmes, le cours de société moderne est plus a l'image d'un esprit d'harmonisation qui agit au nom des intérêts de tous et non seulement d'une minorité. Malgré tout il est évident que des problèmes d'ordre sociaux seront rencontré suite a l'impossibilité qu'il y'a de plaire a tous et chacun créant des laissés pour compte dans l'impossibilité de parvenir le plus souvent victimes de leur propre isolation...

 

Et que penser de l'automobile électrique sachant qu'un prototype aux performances extraordinaires crée a la fin du 19ieme siecle par une équipe Française et nommé "la Mécontente" gagna les honneurs aux niveau du rendement...

En parlant de pluie et de beau temps, la pluie est survenue dernièrement sans qu'on s'en rende compte malgré tout le brou ha ha nous avisant de ce fait. Si vous avez de la difficulté a suivre mes propos pensez a ce qu'on clame tout haut dans les médias malgré le fait que le beau temps semble toujours au rendez vous...Vous ne suivez toujours pas ?.. Allez donc en parler a vos voisins pour savoir si eux en ont entendu parler. Après tout, peut être vous allez tomber sur quelqu'un qui a vu la pluie lui tomber dessus.

Vous êtes toujours au dépourvu ne sachant pas a quoi je fais référence. Et bien moi non plus je n'y comprends rien sachant bien que malgré la grosse pluie tout ce que je vois c'est du beau temps...Faudrait peut être que j'en parle a plus de gens pour en avoir le cœur net.

Pour en revenir au choses sérieuses, la période électorale vient de passer et voilà que nous apprenons qu'une récession est a la portée de main quitte a ne plus avoir les moyens pour subvenir a nos besoins ou disons plus justement les besoins de ceux qui dépendent de nous consommateurs qui deviennent plus frugales dans nos habitudes de consommation qui bien sur a des répercussions chez d'autres qui peuvent bien sûr inclure nous mêmes.

C'est bien beau cette poésie mais soyons honnêtes avec nous mêmes. Nous habitudes de consommation n'ont que peu de rapport avec la situation courant qui malgré les déboires de l'industrie de l'automobile ont peu changé... Donc la situation en cause survient suite au problèmes encourus par une minorité de personnes créant des répercussions qui risquent de produire des conséquences chez plus de gens...

Personnellement tout ce que j'ai pu comprendre de cette récession annoncé en grande pompe est qu'elle est survenue un peu a l'improviste sans qu'on puisse en voir les preuves tangibles . Malgré tout les événements furent précipités suite a la fiasco dans le marché des prêts hypothécaires (trop de laxisme ?...) qui en obligeant une aide d'urgence des plus faramineuse laissa sous entendre que le pays en cause semblait courir vers sa perte d'où la raison d'assurer la population par des mesures assurant une liquidité au niveau du capital d'investissement que les experts ont jugée apte pour rétablir la confiance chez les investisseurs et ainsi éviter un effet de raz de marée s'assurant du fait même que la population ne risque donc pas de courir au banques pour retirer leurs fonds...

Donc la vie continue sans qu'on risque de se retrouver tous au chômage pour sauver sa mise de fonds...

Du moins c'est ma compréhension des faits...

Quand a s'assure un train de vie et un avenir des plus réjouissants, faut bien comprendre que malgré le fait que tout tourne autours des mots sécurité et assurance, une fois la peur vaincu et malgré le même train de vie la réalité subsiste que l'injection de capital a l'investissement comble d'autres besoins que les nôtres sachant bien que malgré un regain de confiance (et des contrôles plus strictes...)dans le domaine hypothécaire le capital qui garnira les institutions financières servira pour accorder des prêts ailleurs que chez la population cible...

Non , je me trompe! La population cible pourra jouir de l'assurance d'avoir des prêts tout en assurant des épargnants qui n'y perdent pas leur mise , ce qui s'effectue normalement avec une gestion plus rigoureuse...

Faut du moins s'avouer que les institutions financières malgré les déboires des propriétaires deviennent propiétaires des maisons tout en déclarant une perte sur l'hypotheque..

Donc le question sur les lèvres de tous est; malgré les pertes encourus par les institutions, qui est qui a réellement perdu sa mise de fonds sans qu'on le mentionne  ?....

 

Quand a parler de la question de gestion; sachant bien que tous se plaignent du niveau de taxation, je me demande bien s'il est possible de faire preuve de plus de rigueur dans nos dépenses sans pour autant nuire au contribuable sachant bien qu'avec une bonne gestion des miracles peuvent se faire a cet égard. Prenez l'exemple de la ville de Grandby qui élimina sa dette avec quelques mesures qui n'ont pas eu de répercussions adverses chez la population...Du moins rien ne nous empêche de faire un effort...

Malgré le fait que quelques gros secteurs s'accaparant d'une bonne parti du budget tel l'éducation et les soins de santé sont jugées comme incompressibles, pourquoi pas revoir en profondeur la structures des dépenses dans l'espoir d'y trouver les failles incluant la duplication de dépenses qui revient a payer 2 fois pour le même service. Malgré le fait que je suis suis certain qu'il y'a une gestion saine a cet égard et que toute les révisions nécessaires ont été effectués, peut être qu'un regard approfondi nous fera découvrir des lacunes.

Je dois vous avouer que je m'entête de croire que les mêmes services peuvent être facturés 2 fois. Pourquoi ? Parce que dans ma petite tête je me suis toujours dit que les frais opérationnelles exigées peuvent varier énormément en fonction de la clientèle sans que les coûts réels varient qui malgré l'évidence même de cette observation laisse aussi comprendre que pour un coût de main d'œuvre et d'immobilisation donné, le fait d'accroître ou de diminuer la clientèle malgré les coûts supplémentaires exigés a peu de répercussions sur les coûts de base pour assurer l'opération du service...

Par contre , il faut aussi comprendre que l'exemple de l'éducation en région nous démontre que malgré les frais qui peuvent approcher 10,000 dollars par étudiant , les frais de transport et autres frais plutôt invisibles peuvent grandement outrepasser les frais qu'impose l'usage du professeur avec son quota d'étudiants. Donc malgré le calcul nous démontrant qu'un professeur gagnant plus de 50,000 $ desservant plus de 30 élèves revient a un peu plus de 1500$ par élève, les frais administratifs, de fourniture, de bâtiment et de soutien peuvent outrepasser les frais du service directe malgré notre croyance que de tels frais sont plutôt minimes...

Quel est le coût pour faire rouler un autobus ...

Pour en revenir aux choses plus sérieuses, il est certain que pour conserver le même train de vie les experts du gouvernement doivent trouver des façons de taxer sans que cela semble nuire au bon fonctionnement de la machinerie sociale en ce sens que théoriquement plus le gouvernement en prends moins cela incite pour les particuliers une certaine consommation et pour les entreprises des investissements source de revenus sachant bien que la marge des bénéfices est amoindrie qui bien sûr laisse comprendre qu'il devient plus cher de faire des affaires sans compter ce que cela sous-entends pour les consommateurs qui par conséquent en ont moins pour leur argent qui bien sûr freine les ventes des entreprises...

Malgré tout et malgré le fait que l'appareil gouvernementale représente une certaine partie de l'activité économique, certaines solutions invisibles se présentent tel aller chercher un petit 10 sous de plus par broue vendu a la taverne du coin qui comme source de revenu pour une municipalité peut aider la population de se payer quelque petits luxes gracieté des joyeux buveurs qui n'y voie pas tellement la différence par broue sachant qu'un minable 10 sous c'est de la petite bière ! Malgré le fait que la solution semble éloquente, en réalité le moment devient opportun pour le vendeur de hausser ses coûts d'un peu plus que le 10 sous ce qui produit des conséquences dramatiques et la fuite (ou du moins l'abstinence) de buveurs culminant occasionnellement par un mouvement de protestation contre..le gouvernement et ses hausse de taxes excessives...

Suite a cette réalité de fait certaines grosses têtes du monde économique se sont rendu a la conclusion que plus on hausse les taxes, plus les riches deviennent riches a profiter le l'occasion et plus les pauvres deviennent..pauvres a devenir ultimement victimes d'une crise inflationniste avec tout ce que cela sous entends lorsqu,il y'a des pertes de pouvoir d'achat culminant par ..des pertes d'emploi...

Du moins nous espérons tous que le petit 10 sous pour une petite broue ne deviendra pas une prime d'un dollar pour un gros porc...

Faut du moins admettre qu'une minorité de gens font preuve d'un tel opportunisme puisque le majorité des commerçants survivent de leurs activités quotidiennes sans pouvoir se payer le luxe d'excès a l'endroit des consommateurs...

Donc, quoi faire pour s'assurer que notre coin de pays restera solvable a se payer l'essentiel ?

Premièrement ; on ne peut toucher a la bière du dépanneur du coin qui en étant déjà amplement taxé risque de conduire le grand secteur économique des dépanneurs vers sa perte forcant quantité de familles commercantes a la grande disette leur empêchant de jouir de cette journée de congé tant convoité qui offre un heureuse pause a un train de vie qui n'est pas régi par les normes du travail soit d'être obligé a se retrouver dans son minable commerce de 7heures AM a 11 heures PM tous les jours de la semaine...

Deuxièmement ; A quoi cela sert de faire de l'argent si on ne peut la dépenser a sa guise ? Cela laisse sous entendre qu'au lieu de taxer le gouvernement n'a qu'a nous inciter par des stratagèmes astucieux a dépenser aux bons endroits...Nos tout puissants voisins du sud ont compris le message en utilisant le slogan ''Buy American'' et tentent d'identifier a cet effet tout ce qui est produit chez eux... Par contre, malgré leurs bonnes intentions la mode est aux choses importés qui coûtent moins cher et donc laisse plus d'argent dans les poches des consommateurs quitte a faire monter un peu le chômage a un endroit donné malgré un meilleur pouvoir d'achat et ses bénéfices sociaux-économiques ...De plus cela fait chaud au cœur de savoir que le monde en développement va mieux a cause de gens comme eux ...

Mais ,a bien y penser, ce qui compte c'est de s'assurer qu'il y'ait une entrée fiscale suffisante pour assurer la perpétuation de services essentiels pour soutenir notre niveau de vie...

Malgré tout , l'état ne peut s'improviser commerçant sachant bien que les risques associés au commerce suivent les soubresauts des tendances sociales...

Du moins in faut comprendre que la question de développement économique se base aussi sur les tendances sociales en ce sens que l'un est in incitatif pour l'autre . Ainsi la mode du restaurant suit les tendances de consommation des citoyens qui aiment se régaler ailleurs que chez eux... Malgré tout, lorsqu'il est question de développement sociale les projet d'ordre économique voient le jour, de telles projets ayant des répercussions sur la qualité de vie des citoyens tout en étant source de revenues qui doivent provenir de quelque part d'où la raison d'être de s'assurer une intégration fonctionnelle de l'économie assurant l'autosuffisance des régions qui malgré le coût supplémentaire assure que tous ont une part de l'action et des redevances pour perpétuer la processus...

Malgré le fait que la solution semble évidente, personne semble prêt d'acheter a vil prix les tomates de serres de saint profond des creux pour s'assurer le plein emploi en région assurant des retombés sociaux-économiques non seulement pour la région en cause mais pour tous les citoyens qui jouissent des revenus de taxation...

Moi de mon coté je me suis dit que malgré tout le fait d'aller chercher une somme minime partout assure que tous y vivent a leur aise sans être ensevelis par les taxes si le prélèvement se fait ou cela fait moins mal même si le fait de toucher 0.01% sur la valeur d'un chèque représente 100$ pour chaque million qu'on dois aller chercher ailleurs pour être ''solvable'''...

Faut aussi comprendre que malgré tout ce qu'on peut croire sur les taxes qui font fonctionner notre monde notre niveau de vie est a l'image de notre productivité malgré tout ce qu'on peut croire ...

Et que penser du fardeau fiscale formellement a l'image des services qu'on prends pour aquis obligeant certaines questions si ce fardeau ne donne pas de résultats tangibles....

Bon , au temps du gros budget tous se posent la même question pour savoir s'ils s'en sortiront les poches un peu plus vides et aussi un peu plus démunis sachant bien que les services qu'on prend pour acquis font parti du lot de dépenses que le gouvernement cherche par compresser .

Moi personnellement je suit le budget . Du moins je tente de faire preuve d'assez d'intérêt pour me poser de sérieuses questions a l'image de la conception que j'ai de l'équité sociale...O.K. , je dois avouer que je me pose toujours trop des questions idiotes surtout depuis l'entrée en vigueur de la TPS (qui est une taxe ''visible'' qui formellement élimina les taxes invisibles antérieurs...). Je dois du moins avouer que malgré les retours fiscaux la TPS semble être la grosse taxe présente partout (ou presque) qui malgré sa prépondérance dans une économie de consommation qui dois avoisiner le trillion de dollars rapporte un maigre 11 milliards...

Malgré le fait que je suis un sot têtu, je n'arrive pas par croire que la TPS ne rapporte qu'un si maigre montant. De plus, l'argent qu'on donne avant les transferts fiscaux (qui dois être 10 fois plus que le montant qui reste) dort dans les comptes du gouvernement pour une bonne partie de l'année. En sachant bien que les experts du fédéral ne sont pas des sots, je m'imagine que de telles sommes doivent générer du capital excédentaire qui en considération de la valeur totale perçu dois être significatif, a moins que le capital sert a renflouer les fonds pour servir de fonds de roulement a court terme servant le même rôle que les bons d'épargne a très court terme (un peu a l'image des bons de la trésorerie aux USA dont la date de maturité avoisine 90..jours)...

De plus , a regarder de plus près des entrées de fonds qui ne sont pas formellement perçus comme significatifs j'en suis venu a la conclusion que quelque chose ne tournait pas rond..du moins dans ma façon d'y voir...Prenez l'exemple des REERs. Un petit calcul me fit comprendre qu'avec le nombres de Canadiens qui y souscrivent qui sont imposable a 50% de l'appréciation de la valeur du capital investi , le montant devient rapidement exorbitant même si cette entrée de fonds se fera graduellement.

Et si nos entrées de revenus sont réellement insuffisants, pourquoi pas demander un petit pourcentage de plus aux entreprises qui ne sont pas vouées a l'exportation, un tel montant se basant sur le chiffre d'affaires et par conséquent la taille de des profits...

Donc pour en revenir aux faits. A t'ont réellement un si grave problème de finances ? Moi dans na cervelle de moineau , je me dis que malgré le fait que je pense comme un sot, y'a rien de trop beau a chercher par y voir plus claire...

Malgré la réalité proclamé d'une récession économique il est évident que de baisser le niveau de taxation pour la taxe universelle qu'est la TPS a pour conséquence de produire une diminution marquée de revenus qui se traduit par les conséquences qu'on observe au niveau d'entrées fiscaux ...
 
Moi personellement je suis de l'avis que malgré la fait que quelques années de disette sous la forme d'une surcharge fiscale (tel pour la TPS en éliminant tout retour fiscal de cette taxe pour une tres courte periode -de 2-5 ans ) aurait comme conséquence potentielle de complètement éliminer la dette (en ne considerant pas l'hypothèse de faillites supplémentaires de petites entreprises obtenant des retours alléchants de TPS) , le fait de ne plus être endetté tout en permettant d'avoir beaucoup de capital exédentaire (tel que pour le capital normalement alloué pour le paiement de la dette) aurait comme conséquence potentielle de génerer une frénezie aux niveau des réclamations de toutes sortes originant d'un peu partout (tel que pour les contracteurs sans oublier les syndicats et les groupes d'interêts ) pour avoir leur part du gâteau ...
 
Et que penser des conséquences de la perte du pouvoir d'achat de ceux que n'obtienne plus leur retour ?...